RV MAndala : Daleth, la porte à franchir

Samedi 4 Mars 13.30-18.30

(détails en fin d’article)

Daleth, la porte à franchir - © Annick Augier - Huile, acrylique et cuivre rouge sur toile - 46 x 33 cm - 400 €

Daleth, la porte à franchir – © Annick Augier – Huile, acrylique et cuivre rouge sur toile – 46 x 33 cm – 400 €

Qui d’entre nous n’a pas déjà ressenti cette sensation de se trouver devant un seuil à franchir… sans savoir comment l’aborder, avec la peur au ventre de devoir abandonner ce à quoi on tient sans trop savoir ce que l’on va trouver derrière.
Avec le précédent Mandala, nous avions travaillé au sevrage nécessaire à notre maturation.
La lettre Guimel / chameau nous mène ensuite à Dalet / la porte. Elle nous rappelle que notre vie est faite d’étapes… et de portes que l’on franchit, comme autant d’épreuves que l’on dépasse.
Je vous invite à passer le seuil qui se présente à vous en ce moment et à atteindre un niveau supérieur de votre vie, de votre Soi profond : à travers la rupture, il y a réunification.

Annick de Souzenelle évoque cette épreuve qui  » […] se révèle être une matrice car, dans la profondeur, ce qui est apparemment sans issue est une porte pour qui sait voir. […] (La lettre, chemin de vie).
Evidemment, cette porte ne se franchit pas comme celle d’un moulin! Elle est gardée!

  • Quels sont mes gardiens du seuil ?
  • Comment trouver les forces vives pour les affronter?
  • De quoi dois-je me dépouiller pour réussir ce rite de passage?

Rejoignez-moi le samedi 4 mars pour le découvrir !


Petit coup d’œil en images du RV Mandala de janvier ​​​​​​​: 
Tel un chameau, j’ai tout dans mon sac à dos !

MANDALA 2017-01 Montage

Les thèmes précédents ICI


Petit coup d’œil en images de l’Initiation au Chemin du Mandala 

Mandala 2017-02 Initiation Montage
C’était une des animations proposées pendant l’exposition Emergences. Une heure et demi, c’est bien court. Malgré tout, les courageux et curieux participants ont pu travailler sur le thème proposé Mon chemin s’éclaircit et atteindre des résultats qui les ont enchantés.

Je trouve le chemin qui me ramène à la maison. Le sentier devant moi devient plus distinct au fur et à mesure que je laisse aller la confusion. Je ressens confiance, certitude et un sens de direction.

La soirée s’est prolongée par un bel échange toute une heure durant.


Le Hang’Art 5 Rue Dominique Villars, 38000 Grenoble

(à deux pas de la Préfecture – parking en sous-sol de la Place de Verdun / tram A arrêt Verdun Préfecture)

5 heures d’atelier entrecoupées d’une pause goûter

65 euros – Matériel fourni, collation comprise. Groupe de 6 personnes max.

Aucune compétence en dessin n’est nécessaire.

Réservation obligatoire : 06 44 26 34 75 – info@annickaugierart.com


 

Portail 1 vous parle

Portail 1 - ©  Annick Augier - 1 x 1 m -Huile et acrylique sur toile - 2500 €

Portail 1 – ©  Annick Augier – 1 x 1 m -Huile et acrylique sur toile – 2500 €

Observe cet avion. Il est petit, il s’est quasiment égaré dans la tempête. Modèle des premiers temps, il est même un peu lent, mais il va gaillardement.

Une minuscule dame le pilote. A son cou se devine une écharpe bien féminine, de couleur fuchsia. Elle/Je décide de la direction à prendre. Cap sur les mystères de la connaissance et de la création, à la recherche des blessures fondamentales qui m’empêchent de croire en moi et de trouver ma juste place. Pour ce faire, j’ai choisi d’utiliser l’avion, symbole antique de l’oiseau, c’est-à-dire l’élévation, la spiritualité, la sublimation des pulsions.

Éloignons-nous de quelques pas. L’élément dominant, un cercle approximatif de quatre types de marbres, est entouré du carré de la toile. Le carré reflète toujours une idée de stabilité et de fondation. Quant aux pierres dures, elles transmettent leur solidité, immobiles et pérennes. Elles sont toutes taillées et polies, bien que de façon encore imparfaite. Pour les francs-maçons, ce passage de la pierre brute à la pierre taillée matérialise le profond travail intérieur que réalise un novice pour passer de la dimension primitive à la dimension spirituelle.

Au cœur des marbres, se déploient les couleurs des six premiers chakras. Il manque le violet, c’est-à-dire le 7ème chakra, celui de la couronne, le moyen de connexion avec l’énergie divine. Ce n’est pas un hasard. Avec l’aide de l’avion, je vais justement à sa rencontre. Je veux me connecter à la Conscience supérieure pour mieux comprendre mon chemin personnel. Quant au noir, il représente mon acceptation de passer à autre chose, de laisser une réalité pour entrer dans une autre, inconnue.

Je revendique mon intention aux yeux du monde par mon nom, écrit sur une grande banderole tractée par l’avion. JE suis aux commandes et J’assume la responsabilité de mes choix.

Qu’ai-je choisi ? Le ciel le plus serein qu’il m’ait été donné de contempler : un espace sacré, privilégié, spirituel. Au centre de cet écrin, resplendit l’objectif final : Une île, mais pas seulement. Le Soi, la paix protégée, l’unité retrouvée. Je ne peux en détacher mes yeux, je sais qu’elle n’est accessible qu’à certaines conditions : le retour sur soi-même, l’intériorisation nécessaire à l’évolution personnelle, l’introspection fertile. Et si l’on joue le jeu, qu’y trouve-t-on ? Un palmier-dattier, la manne du naufragé, le symbole absolu de prospérité, de victoire et de gloire !

L’île promet le salut à qui s’est perdu, égaré dans l’océan de la vie…
Alors oui, cela vaut la peine de lutter pour laisser derrière soi les tempêtes de la maladie et l’obscurité de la dépression, parce que l’énergie divine est prête à nous guider vers des cieux meilleurs.

Cela vaut la peine de comprendre ses propres erreurs pour se lancer, avec une confiance absolue, vers la Lumière et ce qu’elle a à nous enseigner !

Portail 1, le tableau que je pensais ne JAMAIS vouloir vendre, a trouvé une nouvelle famille. Voilà, c’est fait.
Un chouette monsieur avec une belle âme a éprouvé un grand coup de coeur pour lui et j’ai senti qu’il était temps pour moi de le laisser aller.
Oh, je le montrais abondamment en photo, sur la couverture du livre et autres matériels de promotion, mais la vraie toile, je l’avais gardé précieusement chez moi toutes ces années. Et puis l’été dernier, je l’ai amenée à l’atelier, sans bien savoir pourquoi. Comme un début de sevrage, bien progressif.
Alors oui, j’ai eu un gros pincement au coeur dimanche en la laissant, heureusement contre-balancé par une grande joie. Parce que tous ceux que ce praticien, thérapeute et formateur en Shiatsu recevra dans son cabinet le verront et en profiteront.
Il est né en 2005 pour symboliser la première étape de ma guérison. La première oeuvre que j’ai vu en méditation et réalisée… pas pour un client, mais pour moi toute seule.
Apparemment, je n’en ai plus besoin. Il est juste qu’il aille vers d’autres.
Au lendemain de ma dernière exposition personnelle Emergences, j’ai passé un seuil, je poursuis ma route sur d’autres chemins.